Impact de l’exposition des jeunes aux écrans : le rapport

Print Friendly, PDF & Email

Une commission pour évaluer l’impact de l’exposition des jeunes aux écrans

Le 10 janvier 2024, le Président de la République a installé une commission d’experts chargée d’évaluer l’impact de l’exposition des jeunes aux écrans. Cette commission vient de rendre son rapport après trois mois de travail.

Pour que ce rapport aboutisse, « près de 150 jeunes ont été rencontrés, et plus d’une centaine d’experts et professionnels ont été auditionnés (…) ».

« Pour notre jeunesse, les usages des écrans sont tantôt recherchés, car prometteurs d’une socialisation importante à leur construction, car porteurs d’un accès sans limite à la connaissance, à de nouvelles compétences, et au divertissement, car accessibles pour lutter contre l’isolement, et susceptibles de compenser certains handicaps. Pour notre jeunesse, les usages des écrans sont aussi tantôt subis, car rendus irrésistibles par des stratégies dérégulées de captation de l’attention et des données personnelles, car amplificateurs de toutes les haines, car présents partout dans les espaces publics, car favorisant le contrôle contre l‘autonomisation. »

La commission émet 29 propositions, structurées autour de 6 axes :

  1. « Le premier axe recommande de s’attaquer avec force aux conceptions addictogènes et enfermantes de certains services numériques, pour les interdire et, ce faisant, rendre aux enfants et aux adolescents leur liberté et la possibilité de faire de véritables choix (…).
  2. Le deuxième axe vise à sortir de l’ornière du seul contrôle parental, qui présente ses limites, pour privilégier, grâce à la mobilisation de tous, des solutions technologiques permettant de passer à l’échelle la protection des mineurs contre les contenus illégaux, et ce quelle que soit la porte d’entrée dans le numérique (portable, box, Wi-Fi, à domicile, dans les établissements scolaires…). (…)
  3. Le troisième axe assume de promouvoir une progressivité dans l’accès aux écrans et les usages qui en sont faits par les mineurs, en fonction de leur âge. (…)
  4. Le quatrième axe insiste sur l’urgence à former et accompagner les enfants et les adolescents au numérique, à l’école comme en dehors. (…)
  5. Le cinquième axe s’intéresse aux adultes, et en particulier à tous ceux qui interviennent auprès des enfants et des adolescents, à commencer par leurs parents. Il convient en particulier d’amplifier le mouvement d’aide à la parentalité, mais aussi d’outiller et de former les enseignants et plus largement l’ensemble des professionnels ou bénévoles au contact des jeunes.(…)
  6. Enfin, le sixième axe présente les propositions nécessaires, selon la Commission, au déploiement d’une stratégie globale gagnante. Cela passe, en particulier, par une gouvernance largement renforcée, incluant une place de choix pour les enfants et les adolescents, un observatoire permettant de rassembler et suivre les grandes données sur les écrans et la diversité de leurs usages, un conseil de la prospective nécessaire pour embrasser les enjeux d’une révolution technologique accélérée par les intelligences artificielles. (…) »

Télécharger le rapport :

About Author

Souhaitez-vous être abonné(e) à la Newsletter ATICEDDEC80 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 12 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.