Les effets néfastes des écrans et des réseaux sociaux sur les jeunes : études québecoises

Print Friendly, PDF & Email

Des plate-formes qui peuvent être « extrêmement dangereuses ».

Patricia Conrod est professeure au département de psychiatrie et d’addictologie à l’Université de Montréal et chercheuse au CHU Sainte-Justine. Elle a récemment (janvier 2023) publié une étude réalisée auprès de 3 800 adolescents montréalais pendant une période de 5 ans.

Elle a constaté que les réseaux sociaux sont en partie responsables de la hausse des problèmes de santé mentale qui affligent les jeunes. Elle démontre dans son enquête que l’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux chez les jeunes est directement associée à une baisse de l’estime de soi et une hausse des symptômes liés aux troubles alimentaires.

TikTok, Instagram et Snapchat ont une influence plus importante pour les adolescents que la télévision ou les jeux vidéo parce que le contenu qui y est diffusé est partagé par des amis, ce qui le rend plus réaliste à leurs yeux.

Patricia Conrod affirme que «ces jeunes peuvent être exposés à une réalité qui est extrêmement biaisée, qui les rend à risque de conclure que leur vie et leur apparence physique sont moins bonnes que tout ce qu’ils voient sur les médias sociaux».

Le développement de l’intelligence artificielle est au cœur de cette problématique : elle permet de créer rapidement du contenu et de le diffuser sur les réseaux sociaux, sans que l’on puisse séparer le grain de l’ivraie.

Une autre étude (février 2023) réalisée par la Dre Mélissa Généreux de l’Université de Sherbrooke révèle que « les jeunes Québécois qui passent au moins quatre heures par jour sur les réseaux sociaux affirment souffrir deux fois plus de symptômes d’anxiété ou de dépression que ceux qui y consacrent moins de deux heures quotidiennement ».

Enfin, une dernière étude menée par la même université auprès d’enfants plus jeunes montre que « chaque heure passée devant un écran à l’âge de 3 ans et demi augmente les manifestations de colère et de frustration à l’âge de 4 ans et demi ».

 

About Author

Souhaitez-vous être abonné(e) à la Newsletter ATICEDDEC80 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 8 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.